Timbres de France classiques et modernes, les timbres taxe, les timbres préoblitérés, la philatélie, les collections
/////////  

 

BALLONS MONTES

Ballons montés, pionniers de l'aéropostale


La première poste aérienne inventée, organisée et adoptée pour expédier des correspondances hors de Paris en 1870 au-delà de l'encerclement Prussien.

C'est sous l'impulsion du célèbre photographe et caricaturiste Nadar, le premier à avoir pris des photos aériennes , que les ballons à nacelle vont être utilisés pour sortir de Paris tout ce qui peut l'être.

Ballons montés

ce terme désigne le courrier qui a quitté Paris par ballon pendant le siège de 1870. Ainsi du 23 septembre 1870 au 28 janvier 1871, 65 ballons ont quittés la capitale. Aujourd'hui, on dispose d'une quantité impressionnante de renseignements sur chacun des ballons : nom, date de départ, date d'arrivée, volume du ballon, poids des dépêches (en moyenne 200 kilogrammes par ballon). Certains se sont écrasés ou ont été capturés par l'ennemi. Le courrier ayant voyagé par ballon monté peut faire l'objet d'une collection à part entière qui malheureusement n'est pas à la portée de toutes les bourses.

Lettre affranchie d'un 20c bleu Cérès émission dites du siège, au départ de Paris et à destination de Lyon. Partie le 6/1/1871 et arrivée le 18/01/71, la lettre a voyagé par ballon, la capitale étant assiégée par les Allemands. Le timbre a été oblitéré de l'étoile chiffrée numéro 22. La date de départ et la date d'arrivée permettent de connaître le nom du ballon "Le Dusquene".

Les ballons montés

En 1870, l'administration des postes affréta quarante-sept ballons sur les soixante-cinq qui quittèrent Paris durant le Siège. Les lettres envoyées ne pouvaient pas dépasser quatre grammes. Le poids total dépassait parfois 400 kg. Certains ballons tombèrent aux mains de l'ennemi, d'autres atterrirent à l'étranger ou se perdirent en mer.

Le service de ballons montés

  Après l'expédition d'un ballon d'essai monté par l'aéronaute Duruof le 23 septembre 1870 qui alla atterrir près d'Evreux, l'Administration organise un service régulier de transport des correspondances pour la province. Les lettres transportées par voie aérienne ne doivent par dépasser quatre grammes. Affranchies au départ, elles sont taxées vingt centimes. Ce service des ballons montés prend un développement considérable. Du 23 septembre 1870 au 28 janvier 1871, soixante-cinq ballons dont quarante-sept affrétés par l'Administration quittent Paris. Les aérostiers sont choisis parmi les marins des forts, hommes intrépides habitués au péril de la navigation. Le nombre des dépêches emportées est élevé et leur poids peut dépasser quatre cents kg. Ces ballons connurent une fortune diverse : certains tombèrent aux mains de l'ennemi, d'autres atterrirent à l'étranger ou se perdirent en mer.